La forêt française : biodiversité et gestion durable

En France, la gestion de forêts est encadrée par le code forestier qui constitue un élément central de la politique forestière. Il fixe les règles pour gérer, aménager et protéger les forêts.

La gestion durable des forêts françaises garantit leur diversité biologique, leur capacité de régénération, leur productivité, leur vitalité et leur capacité de satisfaire, actuellement et pour l’avenir, les fonctions économiques, écologiques et sociales pertinentes aux niveaux local, national et international, sans causer de préjudices à d’autres écosystèmes. (article L1 du code forestier).

Pour valoriser le patrimoine forestier, notamment la ressource forestière en bois, tout en pérennisant et en assurant la multifonctionnalité des forêts, une attention particulière est accordée à la préservation de la biodiversité et des habitats, la qualité des sols et de l’eau, la protection contre les risques naturels, l’amélioration des capacités d’accueil du public et la conservation de la qualité des paysages et des richesses culturelles. Exemple : une forêt bien gérée est un élément pour se protéger du risque incendie.

Au niveau de la forêt, la biodiversité est :

  • Génétique (variabilité au sein d’une même espèce),
  • Spécifique (nombre d’espèces différentes),
  • Ecosystémique (nombre d’habitats différents, composition et fonctionnement).

L’équilibre entre les différentes familles et espèces animales et végétales étant fragile, la régulation est essentielle pour la bonne santé des forêts et de l’habitat pour la faune et la flore. La biodiversité est une question d’équilibre.

La mise en œuvre de cette politique forestière a conduit à la définition de documents de gestion durable. Ces documents listent notamment les différentes interventions sylvicoles à envisager, notamment les coupes et travaux sylvicoles. Dans le cadre de la gestion durable mise en place par les forestiers, la sylviculture est adaptée au type de peuplement.

L’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) évalue la gestion durable des forêts françaises métropolitaines grâce à un suivi et une mise à jour régulière des indicateurs de gestion durable des forêts.

Ces indicateurs sont répartis en 6 grands critères :

Le rôle essentiel du stockage de CO2 en forêt et dans les produits bois de France

La forêt joue un rôle essentiel dans la régulation du carbone et participe ainsi lutter contre le réchauffement climatique, tout en assumant sa fonction d’approvisionnement en matériau biosourcé et en rendant des services écosystémiques (bois, champignons, qualité de l’eau, chasse, récréation, biodiversité…). Elle remplit d’autant mieux son rôle qu’elle est gérée durablement et récoltée.

Augmentation de la surface forestière annuelle en France

En France, l’accroissement naturel est positif, ce qui veut dire que la forêt augmente chaque année. Ainsi, pour le climat et la biodiversité des forêts, il est important d’avoir une sylviculture durable dans le respect des cycles de pousse des arbres et de récolter ceux qui arrivent à maturité afin de pouvoir replanter de jeunes plants.

Captation et Stockage du carbone biogénique

C’est durant leur croissance que les arbres captent le plus de CO2 et libèrent de l’oxygène grâce à une photosynthèse très active. Le carbone ainsi piégé dans le bois, c’est autant de CO2 en moins dans l’atmosphère. Assurer la jeunesse de nos forêts, c’est entretenir leur fonction de puits de carbone.

Il est donc essentiel :

  • d’avoir une sylviculture durable, des plans de gestion pour respecter les cycles forestiers
  • de récolter les arbres à maturité pour laisser la place aux plus jeunes de pousser et de bien grandir
  • de planter des arbres

Captation et Stockage du carbone biogénique

C’est durant leur croissance que les arbres captent le plus de CO2 et libèrent de l’oxygène grâce à une photosynthèse très active. Le carbone ainsi piégé dans le bois, c’est autant de CO2 en moins dans l’atmosphère. Assurer la jeunesse de nos forêts, c’est entretenir leur fonction de puits de carbone.

Une forêt bien gérée joue donc un rôle clé pour l’environnement

 

Les FDES collectives des produits en Bois de France incontournables pour le calcul de l’ACV bâtiment

Les produits de construction bois présentent des avantages certains, qui permettront aux concepteurs et constructeurs d’assurer une performance environnementale optimale de leurs bâtiments.

1/ Ressource naturelle renouvelable disponible sur le territoire

Le matériau bois est l’un des seuls matériaux de construction totalement naturel et renouvelable. La forêt française est en croissance permanente, et sa gestion durable permet d’augmenter progressivement le recours au bois dans la construction.

A savoir : En France, la surface forestière s’accroit chaque année. Elle est passée de 14,1 millions d’hectares à 16,9 millions d’hectares en 30 ans environ. Cette progression de 0.7 % par an, permet aux entreprises de la filière de bénéficier d’une ressource disponible et renouvelable sur le territoire. Source : FBF et IGN

2/ Stockage du carbone dans le bâtiment

Le carbone fixé dans l’arbre se retrouve dans les grumes, les sciages et tous les produits en bois. Lorsque le bois est utilisé dans la construction, ce carbone est stocké pour une longue durée, à minima celle de la vie du bâtiment.

Cette caractéristique spécifique au bois permet à ceux qui l’utilisent de contribuer à la lutte contre l’effet de serre et le réchauffement climatique global.

A savoir : 1 m3 de bois d’oeuvre de densité 450 kg/m3 et à 12% d’humidité relative stocke environ 201 kg de carbone soit l’équivalent de 737 kg de dioxyde de carbone (CO2). Source : NF EN 16449

Sans oublier les autres atouts du bois dans la construction : Matériau sain et apaisant ; Hygrométrie maîtrisée au profit de la santé ; Confort thermique et économie d’énergie ;  les + d’un chantier bois : peu de nuisances sonores, chantier rapide, déchets mieux gérés, réduction des transports camion...
Pour en savoir plus : www.ambition-bois.fr

3/ Recyclage et la valorisation – économie circulaire

Lorsqu’un bâtiment arrive en fin de vie, et que les produits de construction bois sont déposés, ils sont en très grande majorité valorisés. Par exemple, le bois est réutilisé ou recyclé pour produire des panneaux à base de bois. Sinon, il est valorisé énergétiquement remplaçant ainsi des combustibles non renouvelables.A savoir : La valorisation énergétique de 1 m3 de bois d’œuvre permet d’éviter l’utilisation de 1560 kWh de combustibles non renouvelables soit une émission de gaz à effet de serre d’environ 470 kg CO2 équivalents.

Source : Rapport DHUP-CSTB-FCBA et Base ecoinvent

4/ Co-produits et création de valeur ajoutée

  • Des co-produits issus de la forêt pour valoriser 100 % de l’arbre 60 % du volume d’un résineux est destiné à une valorisation en bois d’œuvre. Le bois énergie et le bois d’industrie sont essentiels pour que l’arbre soit valorisé dans son ensemble.
  • Des co-produits issus de la transformation du bois d’œuvre Les scieurs et industriels français valorisent l’ensemble de la matière première et des sous-produits :
    > les sciages pour la menuiserie, l’ameublement ou la construction
    > les dosses, les délignures et les copeaux pour les panneaux et la pâte à papier>
    > les sciures pour les panneaux ou l’énergie
    > les écorces pour l’énergie ou le compost

Les scieurs et industriels français améliorent en permanence la conception et la fabrication de leurs produits de construction en bois : réduction des consommations d’énergie, dimensionnement optimisé des assemblages, amélioration de la recyclabilité en fin de vie, réduction des distances de transport...

5/ Performances environnementales : le bois de France au 1er rang des produits de construction

Les fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire (FDES) présentent pour chaque produit de construction une série d’indicateurs environnementaux (dont l’empreinte carbone), ainsi que des informations sanitaires et relatives au confort. Ces documents réalisés suivant la norme NF EN 15804 et vérifiés par tierce partie indépendante dans le cadre du programme INIES permettent de comparer les produits de construction de même fonction.

L’étude des FDES, publiée et disponible en ligne sur la base de données INIES (www.inies.fr) permet de constater la bonne performance environnementale des produits de construction bois vis-à-vis de leurs compétiteurs :

En résumé

De ses origines forestières à chaque étape de sa transformation, le matériau bois de France démontre son rôle essentiel pour la préservation du climat et la construction durable.

Intégrer les produits en bois de France dans la construction, l’aménagement ou la rénovation, assure une meilleure performance environnementale du bâtiment :

  • Les produits de construction en bois de France sont issus de forêts françaises et sont transformés en France
  • Les acteurs de la filière assurent le suivi des grumes, sciages et produits, notamment dans le cadre de la marque « Bois de France »
  • Des essences de bois françaises aux caractéristiques variées et complémentaires
  • Des sites de production en France favorisent l’emploi dans les territoires ruraux et valorisent le savoir-faire français
  • Le recours à un approvisionnement responsable avec des distances de transport réduites : massifs forestiers, entreprises de proximité, relations privilégiée, produits de qualité, maillage du territoire national…
Télécharger nos guides